AccueilPortailMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexionFAQ

Partagez | 
 

 Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joharno
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1475
Age : 49
Localisation : liege
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»   Sam 16 Fév - 14:14






Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»

Trois mois après avoir été remercié par Anderlecht, Frankie Vercauteren
s'explique. Interview-vérité avec l'ex-coach du Sporting.

Frankie Vercauteren, permettez-nous avant toute chose de prendre de vos nouvelles ?

Je vais très bien, merci. Je prends plaisir à faire des choses que je
n'avais jamais faites auparavant. Un jour je vais avec les enfants à la
mer, le lendemain je range ma cave... Je fais du sport, surtout du
vélo, quatre ou cinq fois par semaine. Mais je ne perds pas de kilos
car je vais aussi au restaurant quatre fois par semaine.

En février 2005, Hugo Broos avait énormément souffert du premier
limogeage de sa carrière d'entraîneur. Comment avez-vous vécu le vôtre ?

Cela faisait bizarre de n'avoir rien à faire du jour au lendemain. Mais
les premiers jours, j'ai vécu cela comme un vrai soulagement. J'avais
besoin de prendre mes distances. En tant qu'entraîneur d'Anderlecht, 90
% de mon agenda était occupé par mes obligations professionnelles et il
ne restait que 10 % pour mes proches. Toute ma famille s'était adaptée
à cela.

Nourrissez-vous des regrets, après coup ?

Oui. Je me rends compte que je suis passé à côté de certaines choses au
niveau familial. L'idéal est de trouver un équilibre mais,
personnellement, j'étais bouffé par mon métier.

Pourquoi ne pas avoir délégué davantage ?

Je déléguais le plus possible. Mais quand vous vous rendez compte que
les tâches ne sont pas remplies comme vous le souhaitez, il est
préférable de le faire soi-même.

Vous avez toujours éprouvé le besoin de tout contrôler...

J'ai besoin de contrôler toute personne dont le travail a une influence sur le mien.

Quand avez-vous senti que le vent tournait contre vous, au Sporting ?

J'avais senti mon licenciement arriver depuis quelques semaines. Après
le match à Genk (NDLR : le 23 septembre 2007), déjà, j'étais convaincu
qu'il valait mieux que j'arrête en tant qu'entraîneur principal.
Pendant que les joueurs se rhabillaient dans le vestiaire genkois, je
discutais avec le président dans la pièce d'à côté et je lui faisais
part de mon désir de trouver une solution. Roger Vanden Stock m'a
laissé le choix, mais il m'a demandé de continuer. Les joueurs ont eu
une belle réaction à Genk (1-1) mais dans mon esprit, c'était déjà fini
comme T1.

Quelle porte de sortie aviez-vous imaginée ?

Je voulais rester dans le club. Directeur technique ? J'avais un
contrat en poche et j'étais motivé, mais la définition de cette
fonction n'a jamais été très claire au parc Astrid.

Lorsque vous avez commencé comme T1 à Anderlecht, vous avez imposé vos
propres collaborateurs au sein du staff technique. Mais, l'été dernier,
la direction a remplacé Glen De Boeck par Ariël Jacobs et Jacky Munaron
par Filip De Wilde.

Avez-vous vécu cela comme un désaveu ?

C'était évidemment plus facile de mettre cela sur mon dos, mais je n'ai
jamais demandé que De Boeck ou Munaron soient remplacés, au contraire.
C'était le choix de la direction et je l'ai respecté. Mais Ariël Jacobs
et moi n'avons jamais été sur la même longueur d'ondes, ni humainement
ni professionnellement. Il y a des personnes avec lesquelles le courant
ne passe pas, c'est inévitable. Personnellement, comme T2, j'ai eu
beaucoup de chance que cela fonctionne avec Dockx, Anthuenis et Broos.

À vous entendre, il semble que quelque chose était déjà cassé avant même que cette saison commence...

C'était le cas. Cinq mois avant mon limogeage (NDLR : il fut remercié
le 12 novembre 2007 au lendemain de la défaite au GBA), j'avais prévenu
que les joueurs se dispersaient et que le fait d'avoir conservé le même
noyau n'était pas forcément un avantage. On a beaucoup parlé de
l'ambiance dans le vestiaire des joueurs. Mais dans le vestiaire d'en
face, celui du staff technique, l'ambiance avait également changé. On
formait un bloc les deux saisons précédentes mais les changements l'ont
cassé. Ce n'était pas agréable, mais il fallait faire avec.

Quel bilan dressez-vous de vos trois années de coaching à Anderlecht ?

D'accord, on n'a pas fait que des bonnes choses. Pour moi, Triguinho ne
devait pas venir car Lamah était plus fort que lui. Quant à Théréau, on
a parlé d'un problème de confiance. Mais quand la balle part à trois
mètres de votre pied à chaque contrôle, est-ce encore de cela dont il
s'agit ? Mais je retiens le positif. On a été deux fois champion en
trois ans, je suis devenu meilleur et Anderlecht est devenu meilleur.
Il y a deux ans, on a reconstruit toute une équipe alors que 22 joueurs
nous avaient quittés, Tchite a explosé, on a refait de Van Damme un
joueur de foot...

Parmi les critiques auxquelles vous avez dû faire face, on épinglera
les séances de théorie et les mises au vert trop nombreuses...

On a parlé de séances de théorie de 2h30 mais ce n'est arrivé qu'à deux
reprises. Quant aux mises au vert, c'est du professionnalisme. C'était
nécessaire. Plusieurs joueurs venaient à l'entraînement du matin sans
avoir mangé.

La direction du Sporting vous a rendu responsable du départ de Vadis...

D'une manière générale, doit-on enlever sa culotte pour un jeune et le
titulariser pour qu'il reste au club ? Ou le jeune doit-il prendre la
place qu'on lui donne et se battre pour faire son trou ? Je suis pour
la seconde option.

Votre divorce avec Anderlecht a été décrit comme une guerre d'avocats. Où en est-on ?

Il y a eu un conflit, mais tout est réglé aujourd'hui.

Pourriez-vous un jour retravailler au parc Astrid ?

En football, il ne faut jamais dire jamais. Je n'oublie pas
qu'Anderlecht m'a donné beaucoup et m'a permis d'être ce que je suis au
même titre que Nantes, le RWDM ou Malines. Je n'oublie pas que je viens
de la rue. Aucun membre de la direction mauve n'a pris de mes nouvelles
depuis mon limogeage. Mais pour Roger Vanden Stock, mon respect est
resté intact. Il est venu me chercher à Malines pour me donner une
fonction d'entraîneur à Anderlecht et me permettre d'y faire mes
preuves.

Suivez-vous encore le championnat de Belgique ?

Je regarde le résumé des matches et les résultats. Mais je n'ai plus
jamais vu un seul match de D1 depuis que j'ai été remercié à
Anderlecht. Cela ne me dit vraiment plus rien pour l'instant. Je prends
par contre beaucoup de plaisir à regarder des rencontres des
championnats étrangers.

Vous restez quand même sensible aux résultats du Sporting, où vous avez passé 30 années de votre vie ?

Je ne me réjouis pas quand les Mauves perdent. Mais leurs performances
me laissent assez indifférent. Mon avis sur la suite de la saison du
Sporting ? Il va revenir ! Il y a assez de qualités dans le groupe.

De quoi sera fait votre avenir ?

Pour être honnête, je n'en sais rien. Je me pose d'énormes questions.
Comment combiner au mieux vie de famille et vie professionnelle ? J'ai
déjà eu des propositions pour être consultant et aussi pour devenir
agent de joueurs. Je pourrais rester dans le football en Belgique mais
l'étranger me tente également. J'ai eu des contacts avec Sochaux, la
Hongrie, en Russie, en Ukraine ou même à Dubaï mais sans plus.

Actu24
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/joharno
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»   Sam 16 Fév - 17:21

frankie qué ket
Revenir en haut Aller en bas
astridboy
Vieux briscard du forum
Vieux briscard du forum
avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»   Sam 16 Fév - 22:04

il fait chier franky..c un mauve qui ne vit que pour anderlecht..il est frustré...et un fieffé menteur quand il parle de jacobs..soit disant qu'il faisait pas son boulot de T2.....

sa mauvaise foi est évidente là.....alors dire qu'il ne s'interesse pas au sporting...c du pipeau...finalement il s'érige en victime....responsable de rien ...l se prend pour mourhino....

finalement voir jacobs émerger lui fait mal..au profond de lui même ..et dieu sait que je n'aime pas ariel aussi


donc franky il est cuit pour moi.....plus de crédit...pffft la mauvaise foi Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1618
Age : 31
Date d'inscription : 27/09/2007

MessageSujet: Re: Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»   Sam 16 Fév - 22:31

astridboy a écrit:
il fait chier franky..c un mauve qui ne vit que pour anderlecht..il est frustré...et un fieffé menteur quand il parle de jacobs..soit disant qu'il faisait pas son boulot de T2.....

sa mauvaise foi est évidente là.....alors dire qu'il ne s'interesse pas au sporting...c du pipeau...finalement il s'érige en victime....responsable de rien ...l se prend pour mourhino....

finalement voir jacobs émerger lui fait mal..au profond de lui même ..et dieu sait que je n'aime pas ariel aussi


donc franky il est cuit pour moi.....plus de crédit...pffft la mauvaise foi Evil or Very Mad







c'est a moi que tu parle? tu veut dire que je n'ai pas apporter de la qualité?,de la disponibilité? dans ce sens la je ne suis pas d'accord lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://purple-power1.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frankie Vercauteren : «En septembre, c'était déjà fini»
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chouraqui était chez nous.
» Mouvement national de grève - mardi 7 Septembre 2010
» Photos - ECOUCHE - 6 Septembre 2009
» [11 & 12 septembre] meeting Cox au Cap d' Agde (dept 34)
» [19 septembre] Traversée des Sucs, 150 km dans les dents !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Purple-power :: Que sont devenu nos anciens joueurs?-
Sauter vers: